Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Géraldine en Guadeloupe
  • Géraldine en Guadeloupe
  • : Venez partager notre vie en Guadeloupe, notre quotidien mais aussi mes humeurs, mes rencontres, mes sorties, mes lectures... Un peu de tout en fait !!!
  • Contact

Des vacances en Guadeloupe ?

Piscine-2

24 février 2009 2 24 /02 /février /2009 22:16
Moment terrible... La grève bloquait tout et j'arrivais à la fin de mon stock de bouquins !! Heureusement, lors de son dernier séjour ici, maman m'avait laissé un livre qu'elle n'avait pas réussi à finir. Elle n'avait pas réussi à "rentrer dedans". Bon, je ne vais pas faire la difficile puisque je n'ai pas d'autres moyens d'approvisionnement en lecture. Alors je m'attaque à "Bagdad zone rouge" par la journaliste-reporter Anne Nivat.

L'histoire: Repartir en Irak : pourquoi, à quoi bon, comment, pour y faire quoi? À l’heure où il est quasiment établi que les journalistes ne doivent plus se rendre dans ce pays dangereux pour y risquer de se faire kidnapper et de mettre en branle la machine d’Etat pour récupérer l’otage, Anne Nivat continue à s’y rendre régulièrement, à ses risques et périls, en minimisant les risques, justement. À sa façon, elle se promène dans Bagdad, zone rouge, c’est-à-dire tout le territoire mésopotamien qui n’est pas situé dans la minuscule « zone verte » censée être un territoire moins dangereux car plus sécurisé par les forces américaines qui y tiennent leur quartier général militaire ainsi que leur ambassade dans le palais républicain de Saddam Hussein, le dictateur déchu ; elle promène son regard toujours curieux, jamais cynique, sur ces gens qui lui offrent l’hospitalité, lui font partager avec plaisir un moment de leur quotidien, tout simple, mais difficile à vivre car si loin de nos représentations occidentales sur la question. Par deux fois en 2007, elle y a passé presque deux mois habillée comme une Irakienne pour ne pas se faire repérer, habitant chez les autochtones, se déplaçant comme le font les Irakiens, pour sentir elle-même le huis-clos pesant qui s’est abattu sur la capitale, l’angoissante impression de n’avoir plus rien à faire, sinon attendre, attendre avec une patience certaine que la journée se déroule, avant qu’une autre, la même ne commence le lendemain.

Je ne suis pas une grande fan des récits journalistiques. Autant j'aime les témoignages de gens qui ont vécus des choses inhabituelles mais j'ai énormément de mal avec les témoignages où la politique entre en compte. Malgré tout, ce livre m'a montré la complexité de la situation à Bagdad pour les gens y vivent au quotidien. Anne Nivat arrive à nous faire comprendre comment cette ville en est là maintenant et la difficulté de lui offrir un avenir... Très instructif.

Partager cet article

Repost 0
Published by Géraldine - dans Bouquins
commenter cet article

commentaires

chouchou 01/03/2009 19:27

Ah ?? je savais pas qu on avait écrit un livre sur chez moi ??? hihihii

Géraldine 02/03/2009 00:59


Oui et ça n'a pas l'air facile ta vie. Tu vis en bourka ?!! Comment tu bronzes avec ça ?


nathalie 25/02/2009 00:59

Oui il est vrai que la vie là-bas est difficile. Espérons qu'un jour la paix y règne.twous! Bye dans mon jargon. Hi Hi HI. Biz

Géraldine 25/02/2009 02:16


C'est sur que là, tu te dis qu'il vaut mieux être né à Naoned !! Moins risqué !